SFEP



Accueil

Liste des experts

Présentation du SFEP

Actualités

Bibliothèque

Publications des membres

Actes des colloques




Chercher un expert
nom
1, rue Rossini
75009 Paris
Tél : 33 (0)1 40 22 91 14
Fax : 33 (0)1 40 22 91 34


Secrétariat ouvert :
lundi au vendredi
9h00-12h30 et 14h-18h.














2016
Vivre de mes rêves. Lettres d'une vie.

Anton TCHEKHOV
Préface de Antoine AUDOUARD
Traduit par Nadine DUBOURVIEUX

Cette vaste correspondance permet d'accompagner au fil de son existence cet écrivain soucieux de son art qui était aussi un homme dévoué à sa famille et à ses amis et un médecin animé par une conception humaniste de son métier et une inquiétude profonde devant l'absurdité de la condition humaine. Tchekhov y raconte sa passion du théâtre, son voyage comme reporter sur l'île-bagne de Sakhaline, ses démêlés avec ses éditeurs... Il nous permet aussi de partager les secrets d'un style unique, exquis et délicat.
Ce choix de lettres – dont certaines, longtemps censurées pour cause d'« indécence », sont traduites ici pour la première fois dans leur intégralité – se lit comme une véritable autobiographie, permettant d'approcher leur auteur au plus près de sa vérité d'homme et d'écrivain. C'est un Anton Tchekhov intime qui s'offre à nous, jusque dans les dernières années de sa vie, au moment ou, alors que la maladie va l'emporter inexorablement, il découvre l'amour et le bonheur. Un chef-d'oeuvre d'humour et d'émotion.
Editions Robert Laffont
Nombre de pages : 1120
Prix : 32,00 €


2016
Flacons Guerlain. Collection de Sylvie Guerlain

Bernard Gangler
Cet ouvrage retrace l'histoire de la famille Guerlain depuis la naissance du créateur Pierre-François-Pascal Guerlain, né le 9 avril 1798, ainsi nous traversons cinq générations de parfumeurs jusqu'en 1995.
Cet ouvrage contient des documents d'archives inédits et 600 flacons de collection avec leur cotation, de la collection de Madame Sylvie Guerlain.
360 pages illustrées d'environ 600 photos.
Edition Le Chêne-Hachette
Disponible en librairie et également sur les sites Fnac, Amazon,…49.90€.

2016
L'éventail, matières d'excellence

L’ouvrage réunit des études inédites et des auteurs reconnus du monde de l’éventail dont Mrs Hélène Alexander, directrice du Fan museum de Londres, ou Mme Maryse Volet, Vice-Présidente du Cercle de l’Eventail (musée de la Mode de la Ville de Paris, Palais Galliera).
Sous la dir. de Georgina Letourmy-Bordier, Docteur en Histoire de l’Art, spécialiste de l’éventail. Sylvain Le Guen, maître d'art, tabletier-éventailliste.
180 pages
Sommaire :
•Le secret de l'éventail par Hélène Alexander
•Introduction de Georgina Letourmy-Bordier
•Matières premières, matières d'expression par Sylvain Le Guen
•Tabletiers-éventaillistes de l'Oise par Georgina Letourmy-Bordier
•Une lignée de tabletiers, la famille Hoguet par Anne Hoguet
•L'éventail, poème par Suzanne Ferrant
•Le panthéon des tabletiers par Georgina Letourmy-Bordier
•Portraits de Georges Bastard
•Catalogue
•Glossaire
•Bibliographie

2014
Mes sœurs divines. Rodin et 99 femmes de son entourage par Christina Buley-Uribe, Éditions du Relief, 2013

Ce livre, dont la parution avait été annoncé par deux fois (sous le titre Mes sœurs divines, Rodin et les femmes) et par deux fois retardée en raison de découvertes d’archives inédites par l’auteur, est enfin disponible.

Amantes, amoureuses, amies, admiratrices désintéressées ou intéressées, modèles, élèves, voire simples connaissances, on ignorait jusqu'à présent la place exacte des femmes dans la vie et l'œuvre de Rodin. A partir d'archives inédites, Christina Buley-Uribe, spécialiste de l'œuvre graphique de l'artiste, dévoile les liens secrets ou publics de ces femmes qui, de près ou de loin, vécurent un temps auprès d'Auguste Rodin.

Pour la première fois, sont rassemblés dans un dictionnaire biographique, les portraits de 99 femmes de l’entourage d’Auguste Rodin, le plus grand maître de la sculpture moderne, qui captiva toute une génération de femmes en quête d’émancipation. 101 illustrations pour la plupart inédites complètent ce tableau.

432 pages - 101 illustrations
32,90 Euros
ISBN : 978-2-35904-034-0
Parution : novembre 2013

2013
E. Eyre de Lanux - une décoratrice américaine à Paris

E. Eyre de Lanux – Une décoratrice américaine à Paris par W. Huybrechts et L-G. Castor, Norma Editions – Galerie Willy Huybrechts, 2013.
Trait d’union entre la pionnière Eileen Gray et la rationnelle Charlotte Perriand, Eyre de Lanux est comme elles inspirée par le japonisme. Ni pauvres ni dépouillés, ses décors rares, architecturés, sont restés secrets jusqu’à aujourd’hui. Quatre années de recherches dans un univers où meubles et objets d’art mâtinés d’influence primitive ont conduits aux prémices du « less is more ».
E. Eyre de Lanux est ce nom connu mais ce talent oublié. Les auteurs ont voulu pallier ce cruel manque, qui, dans la création féminine du XXe siècle, s’achève avec Maria Pergay. Eileen Gray, Eyre de Lanux, Charlotte Perriand, Maria Pergay, les quatre points cardinaux sont aujourd’hui identifiés.


Miniatures de parfum de collection de 1800 à nos jours

Miniatures de parfum de collection regroupe plus de 1500 miniatures de parfum. S’y trouvent les incontournables des grandes marques ainsi que des flacons rarissimes (tirage limité, packaging spécial, etc.). Chaque flacon ayant sa cote, certains flacons sont estimés à plusieurs milliers d’euros ! Le flacon le plus vieux date de 1792 et le plus récent de 2013. L’auteur, Bernard Gangler, présente également différents parfumeurs et relate l’histoire du parfum. Dans un chapitre consacré au collectionneur de miniatures, il donne des conseils précieux : où les trouver, comment distinguer les perles rares, comment pérenniser sa collection. Dans les annexes du livre : les meilleures adresses pour trouver des miniatures ainsi que la liste des salons et bourses en France et à l’étranger.
contact: Bernard GANGLER Tel:0609440206

La miniature en Europe, des portraits de propagande aux œuvres éléphantesques.

Nathalie Lemoine-Bouchard, expert en miniatures, vient de faire paraître les actes du 2e colloque international qu'elle a organisé avec le soutien de l'Institut de France, et la Fondation Cino et Simone del Duca, les 12 et 13 octobre 2012.

Editions du CEREMIF, Paris, avril 2013. 136 pages, ill. couleur. Couverture souple à rabat.

Poids env. 600 gr. ISSN : 978-2-9544060-0-8

Prix : 35 € + port

A commander en ligne à : nlemoinebouchard@hotmail.fr Ou à l’association CEREMIF (Centre de recherches sur la miniature et l’iconographie française), 13 rue des Petites Ecuries, RdC, 75010 Paris.

La réunion de spécialistes de dix nationalités différentes et la mise en commun des savoirs ont permis l’attribution, la ré-identification de portraits de plusieurs collections publiques et privées, la découvertes d’œuvres perdues. Les lecteurs y trouveront 20 contributions, les unes en français, les autres en anglais, selon la langue dans laquelle elles ont été prononcées. La publication couvre en trois volets de multiples aspects inédits de l’art de la miniature du XVIIe siècle au XIXe siècle, qui intéresseront historiens d’art et amateur.

Nathalie Lemoine-Bouchard (dir.), 20 communications, dont une de Georgina Letourmy, expert en éventail.

Livre sur Marcel Coard

Marcel Coard est un ensemblier et décorateur méconnu de la période Art Déco. D'abord architecte, amateur d'art africain et océanien, son oeuvre, teintée de cubisme et d'exotisme, se ressent de ses passions diverses. Il ouvre un magasin dès la fin de la Première Guerre mondiale et reçoit des commandes de clients prestigieux, tel Jacques Doucet, auxquels il fournit des meubles simples et dépouillés.

Les sculptures africaines et océaniennes qu'il incorpore volontiers à ses décorations le poussent à conférer à quelques-uns de ses meubles une certaine rusticité. En bois massif, simplement équarri, ils rappellent ceux d'un autre adepte de l'art nègre et du cubisme, son confrère Pierre Legrain. Comme ce dernier, d'ailleurs, Marcel Coard, qui mettra fin à son activité en 1958, fait figure de solitaire et d'indépendant.

L’auteur, Amélie Marcilhac baigne dans les arts décoratifs depuis son plus jeune âge. Lors de son Master en Histoire de l’Art, elle consacre son mémoire à Marcel Coard dont l’œuvre n’avait jamais été étudiée depuis la vente de sa galerie en 1958. Elle publie le résultat de quatre années de recherche et offre un magnifique ouvrage retraçant le parcours et l’œuvre de Marcel Coard. Ouvrage abondamment illustré et richement documenté.

Nu Féminin


par Patrick de Bayser.
Arnaud Ducamp, marchand d'art international en rupture de ban, est un tableauiste obsessionnel, toujours sur la piste d'un chef d'oeuvre perdu. Lorsqu'un matin, après une soirée trop alcoolisée, il se réveille dans une poubelle, c'est le déclic, il doit repartir à la chasse : cette fois, ce sera un tableau de Modigliani, un mystérieux Nu féminin mentionné dans les mémoires du commissaire priseur Maurice Rheims.
Le cas est compliqué : le parcours de l'oeuvre, depuis son exécution en 1916, est chaotique et laisse de nombreuses zones d'ombres. Mais toutes semblent ramener à un secret de famille, lié à la vie tumultueuse de Modigliani.
Accompagné d'Ilona, jeune chercheuse polonaise à la beauté sensuelle et moqueuse, Arnaud se lance à corps perdu dans son enquête. Car il n'y a qu'un moyen pour retrouver le Nu féminin : se plonger dans son passé tout en réactualisant ses connaissances anatomiques.

Entraînés dans la quête d'un tableau perdu, un Nu féminin de Modigliani, Arnaud Ducamp, un marchand d'art et Ilona, une jeune chercheuse, voient leur relation érotique évoluer en une passion amoureuse.

Editions Le passage - Diffusion Seuil


1994
Correspondance Emmanuel Chabrier

Édition de Roger Delage et Frans Durif, avec la collaboration de Thierry Bodin

Introduction de Thierry Bodin
Édité par Roger Delage, Frans Durif
À travers plus d'un millier de lettres, pour la plupart inédites, la Correspondance d'Emmanuel Chabrier (1841-1894) s'impose comme une des plus belles du monde musical. « Gai comme les pinsons et mélodieux comme les rossignols », ami des poètes et des peintres, Chabrier se disait avec raison « le moins illettré des musiciens », et sa correspondance en est bien la preuve, portée par une verve et une gaieté communicatives, mais où la drôlerie et la cocasserie savent laisser place à la tendresse, à la mélancolie et à l'émotion.
Chabrier, qui savait pourtant qu'« on ne prend pas au sérieux les gens qui rient », a revendiqué la liberté de « faire du grand art gai et du grand art tragique » : à côté d'opéras « sérieux » comme Gwendoline et Briséïs (qu'il laissera inachevé), un opéra-bouffe (L'Étoile), une opérette (Une éducation manquée) et un opéra-comique (Le Roi malgré lui), de savoureuses mélodies, d'admirables pièces pour piano qui inaugurent l'impressionnisme musical et de splendides pages d'orchestre parmi lesquelles la rutilante España.
On peut suivre au fil des lettres la genèse et l'histoire de ces œuvres, la collaboration du musicien avec ses librettistes et avec ses éditeurs, mais aussi la vie musicale et théâtrale du temps, et l'histoire de cette personnalité riche et chaleureuse, dans un style coloré et vif qui fait de ces lettres autant de « pièces pittoresques » et de morceaux d'anthologie. C'est également le drame d'un adorateur fervent de la musique, ce « génie méconnu et malchanceux » salué par Ravel qui voyait en lui un « Dostoïevski français dont la correspondance, savoureuse et navrante à la fois, passionne tel un roman ».

Elle et Lui

Édition de Thierry Bodin
Collection Folio classique (n° 4825)
Parution : 08-01-2009

«Elle» est Thérèse Jacques, «lui» est Laurent de Fauvel. Ils sont artistes, s'aiment et partent pour l'Italie...
«Elle», c'est bien sûr George Sand, «lui», Alfred de Musset. Vingt-cinq ans après l'aventure de Venise, George Sand revient sur la liaison la plus célèbre et la plus passionnée de la littérature française. Elle est une héroïne innocente et pure, dévouée jusqu'à la sainteté. Lui est un homme de génie diaboliquement fascinant, perdu par le vice. Entre eux, la quête d'un amour absolu. Descente intérieure vers le souvenir, recréation romanesque d'un épisode tout à la fois intime et public, Elle et Lui décrit en tentant de la comprendre une passion fatale qui manqua détruire deux êtres. Ils «avaient rêvé d'escalader le ciel et d'atteindre ces régions sereines où les passions n'ont plus rien de terrestre ; mais cela n'est pas donné à l'homme».

Lettres d'une vie

Édition de Thierry Bodin
Collection Folio classique (n° 4061), Gallimard
Parution : 28-05-2004
«La vérité de George Sand, elle est dans sa correspondance», disait André Fermigier. Parmi les quelque vingt mille lettres de celle qui apparaît comme un de nos plus grands épistoliers, on en a retenu quatre cent trente-quatre qui racontent plus de cinquante ans d'une vie, de la jeune femme à la grand-mère, en une autobiographie sincère et spontanée, où Sand donne à lire le livre mystérieux de sa vie intime. Une vie en lettres, une vie qui s'écrit tout en se vivant, l'amour et la vie d'une femme dévorée par «l'amour du vrai et du bien», qui n'a cessé de «vivre en avant» et d'être «du parti des victimes contre les bourreaux», qui a remplacé le je pense, donc je suis par j'aime, donc je suis, mais aussi la vie d'une travailleuse acharnée, qui nous donne dans ces pages une magnifique leçon de bonté et de courage.

Lettres retrouvées

Edition de Thierry Bodin
Collection Blanche, Gallimard
Parution : 28-05-2004
Lettres retrouvées rassemble quatre cent cinquante-huit lettres inédites de George Sand, de 1825 (c'est une jeune femme de vingt et un an qui écrit à sa mère) jusqu'en 1876, quelques mois avant sa mort. À côté d'inconnus, d'éditeurs ou directeurs de revues, d'écrivains, de comédiens et directeurs de théâtre, d'amis et familiers ou de parents, on trouve bien des noms illustres, comme Liszt, Marie Dorval, Heine, Ledru-Rollin, Delacroix, Custine, Lamartine, Eugène Sue, les Dumas père et fils, Louis Blanc, Tourgueniev, Marie d'Agoult, etc., mais aussi sa mère, sa fille Solange, son compagnon Manceau, ou son amie la cantatrice Pauline Viardot, à qui elle explique longuement sa rupture avec Chopin.
C'est un portrait attachant de George Sand qui se dessine à travers ces lettres de toute une vie, depuis la jeune femme en butte aux rumeurs des bourgeois de La Châtre et la romancière débutante jusqu'à l'écrivain illustre qui, à la fin de sa vie, prépare l'édition de ses œuvres complètes. On l'aura vue entre temps gérer la maison et la terre de Nohant, planter son jardin, meubler ses divers domiciles, se passionner pour le théâtre, pour l'éducation du peuple. De nouveaux éléments sont donnés sur sa séparation avec Casimir Dudevant, sur ses liaisons avec Sandeau, Mérimée, Musset, Chopin (dont on lira une lettre inédite au retour de Majorque), sur ses relations difficiles avec sa fille Solange, mais aussi son attachement à sa famille et à ses chères petites-filles..

l'Acédémie française au fil des lettres

THIERRY BODIN , PHILIPPE DE FLERS
L'Académie française au fil des lettres
Avec la participation de Pauline de Flers et les contributions d'Élisabeth Badinter, Christophe Barbier, Elvire de Brissac, Gabriel de Broglie, Hélène Carrère d'Encausse, Alain Decaux, Florence Delay, Michel Déon, Jean Dutourd, Jean-Paul Goujon, Jean M. Goulemot, Hubert Heilbronn, Olivier de Luppé, Stéphane Martin, Marie-Renée Morin, Pierre Nora, René de Obaldia, Jean d'Ormesson, Yves Pouliquen, Pierre-Jean Rémy, Pierre Rosenberg, Jacques-Alain de Sédouy, Florence Terray et Jean-Claude Yon
Préface de Gabriel de Broglie
Coédition Gallimard / Musée des lettres et manuscrits
Albums Beaux Livres, Gallimard
Parution : 26-08-2010
Voici dévoilées, transcrites et commentées une centaine de pièces manuscrites remarquables, choisies parmi une collection entièrement consacrée aux quelque sept cents Immortels ayant siégé à l’Académie française depuis sa fondation en 1635. Commencée vers 1830, mais connue à ce jour des seuls initiés, cette exceptionnelle réunion de lettres et documents autographes a été composée par six générations de marquis de Flers, avec un grand souci d’exhaustivité.

Au fil des lettres se révèle une chronique vivante de la Compagnie, dans ses travaux quotidiens, son protocole, ses traditions, comme au travers des crises et querelles qui ont marqué son existence. On perçoit dès lors quels furent le dessein et l’évolution de l’Institution, ce qu’en ont attendu ses membres et candidats successifs ou ce que lui ont reproché ses détracteurs. S’y trame continûment une histoire des rapports complexes entre pouvoirs et littérature, élites et culture. Mais le spectre est large, la matière immense et rare. D’un document l’autre, le propos et les enjeux varient : critiques, moraux, linguistiques, tactiques, politiques, sociaux, sentimentaux... On parle autant de science que de style, de finance personnelle que de désillusion amoureuse ; la tendresse succède à la véhémence, l’amertume à l’ironie, le compliment à l’aveu, le lyrisme à l’analyse. De sorte que, dans l’intimité de ces manuscrits d’exception, le lecteur se sent placé au plus près des mœurs, des préoccupations et des débats de la Compagnie, au cœur de ces réseaux qui, à chaque époque, se forment, rayonnent puis se distendent...
Lieu de consécration, objet de convoitise ou de défiance, l’Académie française se donne ici telle qu’en elle-même, non comme une clôture mais comme un point de fixation et de rencontre des grandes aventures de l’Esprit.